top of page

Gestion naturelle des kystes ovariens

Même si l’épidémiologie exacte des kystes ovariens n’est pas claire, on estime qu’environ 7% des femmes en sont affligées à un moment donné de leur vie. Chez les femmes ménopausées, l’incidence de kyste ovarien se situerait autour de 18% aux États-Unis et de 21% en Europe.[i] Il existe pourtant des moyens naturels de gérer ce trouble gynécologique relativement répandu.


2 types de kystes ovariens


Les kystes ovariens les plus fréquents sont appelés kystes fonctionnels. Ils sont associés au cycle hormonal et disparaissent souvent de manière spontanée. Lorsqu’un kyste ovarien se développe, plusieurs follicules mûrissent et s’agrandissent dans l’ovaire pour devenir des sacs ou des kystes remplis de liquide. Si aucun ovule n’est libéré lors de l’ovulation (cycle anovulatoire), il ne pourra pas être convertit en corpus luteum et conséquemment, aucune progestérone ne sera sécrétée et plus d’estrogènes seront libérés. Cette situation de dominance estrogénique fera mûrir les follicules en kystes qui grossiront chaque mois jusqu’à ce que la progestérone soit sécrétée.


Quant aux kystes pathologiques, ils peuvent survenir chez les femmes pré- et post-ménopausées. Ces kystes consistent en une croissance cellulaire anormale – le plus souvent bénigne - sur l’ovaire lui-même ou dans les cellules qui produisaient autrefois des ovules. Ces kystes peuvent être dus à des conditions sous-jacentes telles que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et l’endométriose. Dans le SOPK - un trouble résistant à l’insuline - de nombreux kystes remplis de liquide sont présents et les androgènes (hormones mâles) sont excessivement élevés. Les kystes endométriosiques ovariens (endométriomes) sont présents chez 17-44% des patientes atteintes d’endométriose et sont parfois précurseurs du cancer de l’ovaire.[ii]


Causes communes des kystes ovariens


En plus du déséquilibre hormonal résultant en une dominance estrogénique et des désordres gynécologiques précédemment cités (SOPK et endométriose), la mauvaise biotransformation et élimination des hormones et des toxines telles que les xénœstrogènes en raison de carences nutritionnelles ou de polymorphismes génétiques est directement reliée aux kystes ovariens. Une alimentation riche en viande et en produits laitiers d’élevage conventionnels, les intolérances alimentaires ou parasitoses, le stress chronique, un traumatisme émotionnel ou physique, les traitements hormonaux (anovulants, traitements de fertilité, etc.) sont autant d’autres facteurs potentiels à explorer.


Plan stratégique de gestion naturelle des kystes ovariens


1. Identifiez la présence de polymorphismes génétiques grâce à des tests comme MyBluePrint.

2. Identifiez et éliminez les aliments allergisants et parasitoses pouvant affecter l’intégrité de la paroi intestinale. L’hyperméabilité intestinale favorise le recyclage des estrogènes et la dominance estrogénique.

3. Incorporez des suppléments ciblés visant la biotransformation des hormones tels qu’un complexe de vitamines B bioactives, le DIM et le calcium-D-glucarate.

4. Enrayez la constipation et consommez au moins 35 grammes de fibres (sans gluten) par jour.

5. Adoptez une alimentation anti-inflammatoire faible en aliments transformés et riche en antioxydants, en fibres et en nutriments essentiels est une étape cruciale pour équilibrer les hormones. Optez pour des aliments à faible indice glycémique et incluez des protéines et des lipides de bonne qualité à chaque repas. Incorporez les aliments probiotiques comme le yogourt, le kéfir, la choucroute ou les légumes de culture quotidiennement.

6. Inscrivez-vous à un programme de détoxification tel que mon Programme Défi Détox.

7. Le mouvement quotidien est essentiel mais on doit doser l’intensité de l’activité physique. Une bonne marche de 20 minutes par jour en plein air fait parfaitement l’affaire.

8. Tentez de réduire vos sources de stress et pratiquez une technique de gestion du stress telle que la cohérence cardiaque. Adressez tous traumas non résolus avec une personne compétente.

9. Faites du sommeil une priorité. Le manque de sommeil chronique augmente le taux de cortisol et affecte l’équilibre hormonal.

10. Brossez votre peau à sec à tous les jours avant votre douche et considérez avoir recours aux drainages lymphatiques réguliers.

11. Éviter l’exposition aux perturbateurs endocriniens tels que le bisphénol A.[iii]

12. Faites du curcuma votre allié ! la curcumine biodisponible contenue dans les suppléments de bonne qualité possède divers effets sur le SOPK, l’endométriose et les autres maladies ovariennes.[iv]


Conclusion


La gestion des kystes ovariens, tout comme la plupart des troubles fonctionnels, nécessite une approche globale et des outils qui permettent une intervention vraiment holistique. Aucun supplément ni médicament prescrit ne peut pallier un mode de vie déséquilibré doublé d’une mauvaise alimentation et parsemé de stress chronique. En revanche, l’amorce d’une démarche favorisant le retour à l’équilibre hormonal et son maintien bénéficiera tous les aspects de votre santé et de votre mieux-être.



Chantal Ann Dumas ND.A. pratique la naturopathie depuis 1998. Également diplômée en homéopathie, en Intelligence psychocorporelle et en anthropologie médicale, elle axe sa pratique autour de la santé des femmes. Présidente-fondatrice de l’Académie internationale de santé globale, elle offre de nombreuses formations dont une intitulée Retrouvez l’équilibre hormonal. Chantal Ann est présente dans différents médias et sur sa chaîne YouTube. Elle offre des consultations en français, anglais et espagnol. https://linktr.ee/ChantalAnnDumas ou www.chantalanndumas.com

[i] Farghaly SA. Current diagnosis and management of ovarian cysts. Clin Exp Obstet Gynecol. 2014;41(6):609-12. PMID: 25551948. [ii] Ruderman R, Pavone ME. Ovarian cancer in endometriosis: an update on the clinical and molecular aspects. Minerva Ginecol. 2017 Jun;69(3):286-294. doi: 10.23736/S0026-4784.17.04042-4. Epub 2017 Mar 7. PMID: 28271698. [iii] https://academic.oup.com/jcem/article/96/3/E480/2597282 [iv] Kamal DAM, Salamt N, Yusuf ANM, Kashim MIAM, Mokhtar MH. Potential Health Benefits of Curcumin on Female Reproductive Disorders: A Review. Nutrients. 2021 Sep 7;13(9):3126. doi: 10.3390/nu13093126. PMID: 34579002; PMCID: PMC8471428.

162 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page